Les conférences « Les Vendredis de l’Histoire »

Archives départementales des Ardennes
10 rue de la Porte de Bourgogne
08000 Charleville-Mézières

Toutes les conférences ont lieu à 18 heures. Entrée dans la limite des places disponibles.

Entrée gratuite

google-map

CYCLE 2021-2022: Le programme complet des conférences et sorties de la Société d'histoire des Ardennes est disponible et peut être téléchargé en cliquant sur l'icône: icone pdf

 

Vendredi 8 octobre 2021 - Xavier Chevallier - Professeur d’histoire-géographie au lycée Mabillon, président de la Société d’histoire des Ardennes Exceptionnellement à 18h15.

La bataille de Sedan (31 août - 1er septembre 1870)

La bataille de Sedan a été longtemps le symbole de la chute d’un empire et de la renaissance de la République française, mais aussi celui d’une défaite cruciale menant à la perte de l’Alsace-Moselle. Cet événement militaire est également un bon exemple des changements stratégiques et techniques au sein des armées modernes au cours du XIXe siècle, ainsi qu’un élément de basculement non négligeable au niveau de la géopolitique européenne. Il nous paraît donc intéressant de mettre en perspective cette suite d’actes militaires pour en aborder tous les aspects et tous les espaces, et ce, à toutes les échelles.

 

Vendredi 19 novembre 2021 - Antony Dussart -Professeur d’histoire-géographie, vice-président de la Société d’histoire des Ardennes, auteur d’une biographie de Léon Dupont parue en 2021

Léon Dupont, un populiste ardennais

Léon Dupont est une personnalité complexe. Véritable agitateur politique au cœur du pays de Rethel puis de la France, entre 1928 et 1957, il a fait de la défense des paysans et de la terre un leitmotiv tout au long de ses multiples combats professionnels et électoraux. Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il adhère au mouvement gaulliste du RPF ardennais en 1947, avant de s’engager au sein du mouvement de Pierre Poujade pour en être l’une des figures en France. Exclu du mouvement poujadiste, il crée un journal d’extrême droite, Chevrotine, à travers lequel il exprime une pensée nationaliste, antisémite et raciste. Cet homme haut en couleur, par son style, par sa gouaille, surveillé par les renseignements généraux, se voyait en homme providentiel, celui du monde agricole.

 

Vendredi 3 décembre 2021 - Marc Barreaud - Docteur en histoire, auteur du livre Les grandes heures du football ardennais, à paraître en 2021

De flamme et de sueur : un siècle de football dans les Ardennes industrieuses

Initiée dans les Ardennes, voici plus de cent ans, par la bourgeoisie et la jeunesse du cru, la pratique du football devint dès les années folles l’objet d’une passion populaire durable. Avant de se perdre dans les brumes de la mondialisation, les laborieuses cités qui jalonnent le cours du fleuve Meuse furent, de Mouzon à Vireux en passant par Charleville, Braux ou Revin, le théâtre de brillantes réussites sportives pouvant symboliser les illusions de l’entre-deux-guerres et la prospérité des Trente Glorieuses, au fil desquelles les immenses succès de l’Union Athlétique de Sedan-Torcy marquèrent l’acmé du modèle, longtemps pertinent, du football ouvrier.

 

Vendredi 21 janvier 2022 - Bernadette Chaignet-Sortais - Titulaire d’un DEA en histoire de l’art, archiviste, recenseur des monuments historiques et inspecteur des sites pour la région Haute-Normandie

Des nouvelles de Jean-Baptiste Couvelet

Cette conférence présentera le résultat de recherches récentes sur l’œuvre de Jean-Baptiste Couvelet ; l’influence déterminante de son ami Jean-Baptiste Ponce Lambert, miniaturiste méconnu d’origine ardennaise, et le recensement de 137 œuvres maintenant identifiées ou attestées, majoritairement des portraits en grand et moyen format ou des portraits miniatures, mais aussi les commandes de la ville de Mézières ainsi que quelques paysages et allégories. L’analyse de ces œuvres permet-elle d’en savoir un peu plus sur l’artiste ? En quoi s’inscrit-il dans le mouvement artistique de son époque et en quoi s’affranchit-il des codes ?

 

Vendredi 25 février 2022 - Manuel Tejedo Cruz - Administrateur de la SHA

Les carnets du lieutenant Lallemand

Le lieutenant Jean Lallemand, jeune prêtre, est mobilisé dès le 23 août 1939 et affecté comme officier de liaison auprès de l’état-major du 136e régiment d’infanterie de forteresse au casernement de Mouzon. Le 10 mai 1940, au premier jour de l’attaque allemande, le lieutenant transcrit sur deux carnets les événements qu’il vit avec ses compagnons d’armes. Jour après jour, jusqu’au 23 juin, les combats et les souffrances des hommes sont relatés. Le calvaire de ces hommes est décrit avec maints détails. Parfois privés d’eau ou à la recherche de munitions, ils durent combattre jusqu’à l’ordre de reddition. Non, le soldat français de 1940 n’a pas démérité.

 

Vendredi 18 mars 2022 - Jean-François Saint-Bastien - Administrateur de la SHA

Un patrimoine fragile : les tombes et monuments dans les Ardennes des soldats morts pour la patrie en 1870

La guerre de 1870 marque un changement dans la manière de considérer les défunts en général et les corps des soldats en particulier ainsi que leur dévolution. Le concept d’hommage et de commémoration des soldats morts pour la Patrie émerge alors. À l’issue de la guerre, Etat et communes ont érigé des monuments aux morts et assuré la protection des tombes des soldats. Comme un nombre important de tombes de cette époque, ces éléments tendent à disparaître, effaçant ainsi cette mémoire particulière. C’est l’évocation de ce patrimoine mémoriel fragile qui vous est proposée.

 

Vendredi 29 avril 2022 - Jean-Louis Michelet – Historien spécialiste de la résistance pendant la première guerre mondiale, auteur des Agents des missions spéciales 1914-1918

La première mission spéciale à la ferme du Grand Douaire

Mi-septembre 1914, une compagnie arrive à Beaulieu et se cache aux environs de la ferme du Grand Douaire. Elle réussit à contacter l'armée française, à recevoir un agent déposé par avion avant de se rendre à l'occupant, deux mois et demi après être arrivée. Qui étaient ces soldats et leur capitaine ? Comment sont-ils arrivés à Beaulieu ? Comment se sont-ils rendus, selon l'armée et selon la population locale ? Quels contacts ont été établis avec le GQG de l’armée française ? Comment cette histoire a-t-elle provoqué l'organisation de la première mission spéciale ? Qui en étaient les participants ? Les sources de certains faits oubliés ou méconnus seront indiquées.

 

Vendredi 20 mai 2022 - Marie-France Barbe - Historienne spécialiste de l’histoire militaire de Rocroi et Pierre Roger – Historien spécialiste de la guerre aérienne pendant la deuxième guerre mondiale

La guerre de Trente Ans et la bataille de Rocroi

Par leur position à cheval sur la frontière entre le royaume de France, les Pays-Bas espagnols et le duché de Lorraine, les territoires et les populations de notre actuel département subissent de plein fouet toutes les violences de la guerre de Trente Ans (1618-1648), premier conflit européen d’envergure, qui connaît une bataille majeure à Rocroi. Pour quelles raisons les célèbres tercios viejos espagnols ont-ils subi une telle défaite ce 19 mai 1643 ? Le jeune et impétueux duc d’Enghien, chef de l’armée de France, est secondé par Gassion et Sirot, qui appliquent de nouvelles stratégies militaires préconisées par Gustave II de Suède et Maurice de Nassau.

 

Vendredi 17 juin 2022 - Loïc Delafaite - Professeur certifié en allemand, diplômé en Master 2 Textes, littératures et représentations, citoyen d’honneur de la commune de Rimogne

Huit siècles ardoisiers à Rimogne : des cisterciens aux ingénieurs

L’histoire de l’extraction de l’ardoise à Rimogne est ancienne, riche et s’étend officiellement de 1158 à 1971, soit un peu plus de huit siècles. L’établissement des abbayes cisterciennes de Signy, Foigny et Bonnefontaine en marque la naissance ; l’installation de riches entrepreneurs de Charleville et de l’Aisne en marque le renouveau et la venue des ingénieurs des mines de charbon en marque l’apogée. Si ces époques semblent bien délimitées, comment ont-elles été chacune porteuse de leur propre développement et de leur propre déclin ?

 

 

Claude Grimmer Conférence du 10 octobre 2021

 

 

En cette rentrée 2020-2021, nous vous proposons un cyle 1870 en partenariat avec les musées de Charleville-Mézières. Le programme est téléchargeable ici:  icone pdf

 

CYCLE 2019-2020: Le programme complet des conférences et sorties de la Société d'histoire des Ardennes est disponible et peut être téléchargé en cliquant sur l'icône: icone pdf

Voir aussi la rubrique Actualités de notre site pour le compte rendu des conférences.

 

Vendredi 13 septembre 2019 - Odile Jurbert - Conservateur honoraire du patrimoine

Antoine de Croÿ, prince de Porcien (1539-1567) : un héros méconnu de la Réforme en Champagne

Antoine de Croÿ ne reste plus guère dans les mémoires que sous les traits que lui a forgés la propagande catholique de son temps reprise par l’historiographie du XIXe siècle. De récentes recherches le font pourtant apparaître comme une personnalité attachante de stature européenne. Issu d’un grand lignage, bénéficiaire de la politique patrimoniale de ses parents, Antoine de Croÿ voit son mariage avec une cadette de la prestigieuse maison de Clèves lui faciliter la création d’une principauté stratégique sur la frontière. Calviniste convaincu, il diffuse activement le protestantisme et s’engage dans la première guerre de religion. Sa mort prématurée ruine une œuvre en devenir.

 

Vendredi 11 octobre 2019 - Line Pastor - Responsable d'opérations à la cellule archéologique départementale des Ardennes

Vallus : l'Ardenne belge et française, territoire d'origine de la moissonneuse gauloise

En 2013, lors d’une fouille réalisée à Warcq et portant sur la pars rustica d’une villa romaine, la cellule archéologique des Ardennes a mis au jour un ensemble d’outils qui pourraient être les premiers objets connus liés à l’ancêtre gaulois de la moissonneuse, le vallus. Cette découverte rare mérite d’être partagée avec le plus grand nombre via des actions de valorisation et d’expérimentation. C’est l’objet du micro-projet Interreg intitulé « VALLUS : l’Ardenne belge et française, territoire d’origine de la moissonneuse gauloise » et financé par le Fonds européen de développement régional.

Nota: Cette conférence remplace celle initalement prévue le même jour avec Bernard Lambot sur les conducteurs de char et cavaliers gaulois.

 

Vendredi 22 novembre 2019 - Christian Camuzeaux - Docteur en pharmacie, administrateur de la Société d’histoire des Ardennes

Une abbaye cistercienne au XVIIIe siècle : riche ou pauvre ?

L’abbaye de La Valroy (1147-1791) à Saint-Quentin-le-Petit était une abbaye dans la moyenne basse des monastères de l’ordre cistercien. Un inventaire complet du milieu du XVIIIe siècle nous est parvenu et nous permet de nous faire une idée, non seulement des possessions et revenus de l’abbaye mais aussi de son cadre intérieur car il contient aussi bien les petites cuillères que les livres, les tableaux que… les armes. Les moines vivaient-ils dans un environnement luxueux ou dépouillé ? À découvrir.

 

Vendredi 6 décembre 2019 - Alain Tourneux - Conservateur en chef du patrimoine honoraire, directeur des musées de la ville de Charleville-Mézières de 1980 à 2015.

Il y a vingt-cinq ans un nouveau musée ouvrait place Ducale

En octobre 1994, un nouveau musée ouvrait ses portes dans le cœur historique de Charleville-Mézières ; 25 ans plus tard il paraît important d’en rappeler la genèse et d’évoquer ce qui a alors constitué l’un des grands projets du chef-lieu. Musée d’archéologie, d’art et d’histoire faisant également place aux arts et traditions populaires, le nouvel établissement a alors permis de donner vie à des collections qui pour certaines n’étaient plus présentées depuis plusieurs décennies. Dans d’autres domaines, en archéologie par exemple, ce sont plus de trente années de fouilles récentes qui ont ainsi été révélées au public, mettant en avant des sites de première importance et des objets prestigieux. Enfin, une intense politique d’acquisitions effectuées sur une quinzaine d’années a permis de donner encore plus de sens au musée de l’Ardenne, appellation dont les contours méritent d’être mieux expliqués.

 

Vendredi 24 janvier 2020 - Laurence Coutant - Docteur en sciences économiques

Une vallée qui ne déboulonne pas : la Semoy, un patrimoine productif entré dans l’économie mondiale en toute discrétion

Spécialisées dans le travail des métaux, les Ardennes sont touchées de plein fouet par la crise de la métallurgie dès les années 1975 plongeant le département dans un contexte économique difficile. Or, la vallée de la Semoy comptabilise encore plus d’une trentaine d'entreprises du secteur métallurgique. Traversées par les guerres et crises qui ont conduit le département à son déclin, ces entreprises font preuve d'une vitalité à toute épreuve. Le contraste entre l’évolution de cette vallée et le reste du département nous a incitée à chercher quels sont les ressorts spécifiques de sa réussite et comment ce noyau peut trouver sa place dans l’avenir industriel français.

 

Vendredi 7 février 2020 - Jean Diel - Agrégé de géographie, vice-président des éditions Terres ardennaises

Le monnayage des principautés ardennaises aux XVIe et XVIIe siècles (Sedan, Arches, Château-Regnault, Cugnon)

Entre 1577 et 1656, les quatre principautés ardennaises procédèrent à l’émission de monnaie. Les premières émissions étaient destinées à la circulation dans les principautés elles-mêmes mais, assez rapidement, la monnaie devint une source de revenus pour les princes. Les quantités de pièces frappées n’eurent alors plus aucun rapport avec les besoins de ces minuscules États et les monnaies de cuivre, qui assuraient les meilleurs profits représentèrent l’essentiel des fabrications, inondant les territoires voisins. Après de multiples ordonnances de décri de la part des autorités monétaires des pays touchés par ces monnaies frauduleuses, la fabrication cessa, soit par la perte d’indépendance des principautés ardennaises, soit par l’intervention de la maréchaussée comme à Charleville en 1656.

Vendredi 13 mars 2020 - François Guérin - Historien, spécialiste du Rethélois

Mazarin et Rethel

La vie du cardinal Mazarin qui a donné son nom à la ville de Rethel pendant 126 ans mérite que l’on se penche sur son destin particulier tout en sachant que bien des obscurités demeurent. Il fut l’un des artisans les plus convaincus de la grandeur française du XVIIe siècle. Héritier spirituel de Richelieu, il fut souvent décrié en tant que premier ministre et le drame de la Fronde prévu et espéré par les Espagnols mit en péril la monarchie elle-même. Cette période trouble a particulièrement touché notre région.

 

Vendredi 3 avril 2020 - Xavier Chevallier - Professeur d’histoire-géographie au lycée Mabillon, vice-président de la Société d’histoire des Ardennes

Le congrès de Rethel (1931) : avant-garde pacifiste ou avant-goût de la Collaboration ?

Lors de l'été 1931, dans un Rethel qui s’est reconstruit sur ses cendres, plusieurs associations de jeunesse françaises et allemandes se sont rencontrées pour échanger leurs opinions et « créer du lien » pour construire une Europe pacifiée. Se voulant respectueux de toutes tendances politiques et confessions religieuses, les organisateurs avaient une volonté d'apprendre de l'autre pour mieux se comprendre, et ce, dans un contexte économique et politique qui ne cesse de se dégrader. Jetons la lumière sur cet événement ardennais dont les tenants et les aboutissants pourront en surprendre plus d'un.

 

Vendred 15 mai 2020 - Marie-France Barbe - Historienne spécialiste de l’histoire militaire de Rocroi, et Pierre Roger – Historien spécialiste de la guerre aérienne pendant la deuxième guerre mondiale

La guerre de Trente Ans et la bataille de Rocroi

Par leur position à cheval sur la frontière entre le royaume de France, les Pays-Bas espagnols et le duché de Lorraine, les territoires et les populations de notre actuel département subissent de plein fouet toutes les violences de la guerre de Trente Ans (1618-1648), premier conflit européen d’envergure, qui connaît une bataille majeure à Rocroi. Pour quelles raisons les célèbres tercios viejos espagnols ont-ils subi une telle défaite ce 19 mai 1643 ? Le jeune et impétueux duc d’Enghien, chef de l’armée de France, est secondé par Gassion et Sirot, qui appliquent de nouvelles stratégies militaires préconisées par Gustave II de Suède et Maurice de Nassau.

Vendredi 5 juin 2020 - Antony Dussart - Professeur d’histoire-géographie, vice-président de la SHA

Léon Dupont, un populiste ardennais

Léon Dupont est une personnalité complexe. Véritable agitateur politique au cœur du pays de Rethel puis de la France, entre 1928 et 1957, il a fait de la défense des paysans et de la terre un leitmotiv tout au long de ses multiples combats professionnels et électoraux. Résistant durant la Seconde Guerre mondiale, il adhère au mouvement gaulliste du RPF ardennais en 1947, avant de s’engager au sein du mouvement de Pierre Poujade pour en être l’une des figures en France. Exclu du mouvement poujadiste, il crée un journal d’extrême droite, Chevrotine, à travers lequel il exprime une pensée nationaliste, antisémite et raciste. Cet homme haut en couleur, par son style, par sa gouaille, surveillé par les renseignements généraux, se voyait en homme providentiel, celui du monde agricole.

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.