Les conférences « Les Vendredis de l’Histoire »

Archives départementales des Ardennes
10 rue de la Porte de Bourgogne
08000 Charleville-Mézières

Toutes les conférences ont lieu à 18 heures. Entrée dans la limite des places disponibles.

Entrée gratuite

google-map

CYCLE 2018-2019: Le programme complet des conférences et sorties de la Société d'histoire des Ardennes est disponible et peut être téléchargé en cliquant sur l'icône: pdf

Voir aussi la rubrique Actualités de notre site pour le compte rendu des conférences.

 

Vendredi 21 septembre 2018 - Gilles Déroche - Historien, auteur d’une biographie de Chanzy

Chanzy (1823-1883), un Ardennais dans l’Histoire

Originaire du village de Nouart et né dans une famille de condition modeste, Alfred Chanzy mena une brillante carrière militaire, illustrant bien des traits caractéristiques de l’armée française dans la période qui commence avec la conquête de l’Algérie et qui s’achève dans l’atmosphère fiévreuse de réorganisation qui suit la défaite de 1871. Populaire grâce à la résistance qu’il opposa aux Allemands à la tête de l’armée de la Loire, Chanzy fut élu député et siégea au centre gauche parmi les républicains modérés. Nommé gouverneur général de l’Algérie (1873-1879), élu président du conseil général des Ardennes, il termina sa carrière comme ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg.

 

Vendredi 5 octobre 2018 - Xavier Chevallier - Professeur certifié d’histoire-géographie au lycée Mabillon (Sedan), maîtrise d’histoire contemporaine (université de Lille, 2001)

Le Lost Battalion américain en Argonne (1918-2018) Sortie sur le site le 13 octobre

À partir du 26 septembre commenceront les commémorations liées à l’offensive franco-américaine « Meuse-Argonne ». Cet énième effort militaire interallié permet de libérer tout l’est du département des Ardennes et ce, jusqu’aux environs de Sedan. Or, la percée décisive n’aurait pu s’effectuer dans de telles conditions si une poignée de soldats américains, égarés en forêt d’Argonne, n’avait pas résisté durant presque une semaine aux contre-attaques allemandes. À partir de documents d’époque, de cartes et d’extraits de films, le conférencier retrace cet épisode de la Grande Guerre tout en l’inscrivant dans un contexte historique pouvant dépasser ce conflit.

 

Vendredi 23 novembre 2018 - Jean-Louis Michelet - Ingénieur retraité, historien spécialiste de la résistance des populations occupées pendant la Première Guerre mondiale

La résistance active dans les Ardennes en 1914-1918

Parler de résistance des civils occupés pendant la première guerre mondiale paraît étrange à beaucoup. Pourtant les archives prouvent que de très nombreux civils ont participé à l'effort de guerre des alliés, notamment dans les Ardennes françaises. Pour commencer, le rôle de la population dans l'accomplissement de la mission d'un agent ardennais déposé par avion pour créer un service de renseignement sera présenté, puis les actions spontanées, individuelles et collectives, de la population, et enfin les organisations mises en place et soutenues depuis l'Angleterre et la Hollande par les quatre services secrets des armées alliées pour leurs besoins principalement en renseignements et destructions.

 

Vendredi 14 décembre 2018 - Antony Dussart – Professeur certifié d’histoire-géographie au lycée Jean Jaurès (Reims), vice-président de la Société d’histoire des Ardennes

Edmond Petitfils (1878-1951), le combat d’un catholique ardennais

La vie d’Edmond Petitfils croise inlassablement l’histoire politique des Ardennes. Catholique rallié à la République, il participe à un combat politique pour faire adhérer les populations ouvrières des Ardennes à la cause et aux valeurs du catholicisme social au sein d’un territoire acquis aux idées socialistes. Il fut journaliste, avocat, militant puis député : chacun de ses engagements dévoile une partie de son identité. Sa vie est également marquée par la Grande Guerre. Il fut nommé capitaine, un grade qui comblait l’esprit d’un homme fier et qui lui ouvrit un avenir politique sur lequel il butait avant guerre. À travers les archives publiques mais également des archives privées obtenues grâce à Jean-Christian Petitfils, il s’agira de découvrir la personnalité d’un homme passionné par l’engagement pour autrui et la défense de ses convictions politiques.

 

Vendredi 18 janvier 2019 - Didier Bigorgne - Agrégé et docteur en histoire

La colonie libertaire d’Aiglemont

La colonie « L’Essai » est un milieu libre et de propagande, doté d’un journal qui paraît de façon régulière, Le Cubilot. L’expérience présente des particularités. Le fondateur Fortuné Henry est un militant anarchiste qui collectionne treize années de prison. La durée de vie de la colonie (de 1903 à 1909) est la plus longue des tentatives libertaires. Le mythe bien entretenu est toujours vivant dans les Ardennes du XXIe siècle.

 

Vendredi 8 février 2019 - Julien Bruyère - Archéologue départemental

Des thermes privés dans une villa romaine à Warcq (Ardennes)

La fouille préventive de Warcq « Simonelle, Sous le chemin de Tournes » a permis de mettre au jour ce qui semble être une partie d’une villa romaine à cour centrale. Les investigations de terrain, menées par la Cellule archéologique des Ardennes de mars à mai 2017, ont révélé la présence de thermes et une cave. Le mobilier archéologique issu de ces vestiges permet de dater l’occupation du Ier au IVe siècle de notre ère. Le niveau de conservation du balnéaire est exceptionnel comme l’atteste une partie des pavements encore en place dans les salles dédiées aux bains. L’étude de ce bâtiment enrichit nos connaissances sur le thermalisme mais aussi sur l’architecture romaine dans le département des Ardennes.

 

Vendredi 15 mars 2019 - Jean-François Saint-Bastien - Administrateur de la SHA

Merci Simone, les femmes « veillent »

À l’heure où l’égalité femmes-hommes est une des grandes causes mises en pleine lumière, et à l’occasion de la journée de la femme, la place de celle-ci dans la société française a évolué petit à petit au cours de périodes historiques marquantes ou de manière plus discrète. Cette conférence propose de retracer l’évolution de la place de la femme dans la société française, de la Révolution au premier vote des femmes, de leurs actions pendant les guerres jusqu’à l’entrée au Panthéon de la première femme inhumée parmi les « Grands Hommes » avec son époux.

 

Vendredi 5 avril 2019 - Michel Coistia - Historien, fondateur de la revue Le Curieux Vouzinois

Une armée pour une nation : l'engagement des Tchèques et des Slovaques pendant la guerre de 1914 à 1918

En octobre 1918, des légionnaires tchèques et slovaques de deux régiments faisant partie de la IVe armée du général Gouraud ont libéré des villages de la vallée de l'Aisne. 320 d'entre eux sont inhumés dans la nécropole nationale de Chestres. Pourquoi et comment ces citoyens autrichiens et hongrois se sont-ils mobilisés pour combattre contre leur patrie sur tous les fronts de la Grande Guerre et en constituant une armée tchécoslovaque autonome en France ? L'engagement de ces volontaires constitue une véritable épopée que le centenaire de la Grande Guerre donne l'occasion d'évoquer.

 

Vendredi 17 mai 2019 - Grégory Kaczmarek - Diplômé en histoire de l’université de Reims

La congrégation enseignante des Sœurs de Sainte-Chrétienne de la région de Revin (XIXe-XXe siècles)

« L’enseignement donné dans les écoles libres congrégationnistes […] ne peut que fausser l’esprit des enfants. » Tel est le sentiment du conseil municipal de Revin, en 1903, sur les Sœurs de Sainte-Chrétienne. L’anticléricalisme ambiant, alimenté par le changement de courant politique amorcé durant le XIXe siècle, est le principal motif de ce désaveu. Cette congrégation religieuse s’est pourtant engagée depuis sa fondation, en 1807, tant dans l’éducation que dans le service aux malades et aux personnes âgées. Peu étudié, le parcours de ses religieuses, leur engagement et leur opiniâtreté méritent cependant que l’on s’y attarde, que ce soit au travers des témoignages ou par le biais de la presse.

 

Vendredi 7 juin 2019 - Anne François - Doctorante, professeur de lettres-histoire, présidente de la Société d’histoire des Ardennes

Être militaire et prisonnier dans les Ardennes pendant la Seconde Guerre mondiale

En mai 1940, l’armée allemande fait de nombreux prisonniers parmi les troupes françaises et coloniales qui défendent le département. Alors que la plupart des Français de métropole sont envoyés dans les Stalag en Allemagne, les prisonniers originaires des colonies restent en France et sont regroupés dans des camps pour y travailler. Dans notre département, l’Ostland, une société agricole allemande, les emploie aux travaux des champs et leurs conditions d’existence sont très difficiles.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur.